Seconde jeunesse (Astolfo)

dates de programmation non encore définies

Comédie, romance de Gianni DI GREGORIO (2023) durée 1h31

Avec Gianni Di Gregorio, Stefania Sandreli, Alfonso Santagata

Astolfo, professeur à la retraite, doit quitter son appartement romain, expulsé par la propriétaire. Désargenté, il décide de retourner au village de ses ancêtres, pour habiter le palais familial en ruine, vestige d’un patrimoine que chacun tente d’accaparer.

Continuer la lecture de Seconde jeunesse (Astolfo)

Pranzo sociale

Comme les années précédentes, notre repas aura lieu dans la salle du dernier étage de l’Hôtel Ibis Styles, 47, bd du Maréchal Fayolle, Le Puy. C’est une salle très agréable, avec une belle vue sur Le Puy, équipée pour les projections.

Le rendez-vous est à 12h, le dimanche 28 janvier 2024. Nous prendrons l’apéritif puis déjeunerons. Après le café, sera projeté un diaporama sur le voyage en Étrurie de l’an dernier, réalisé par Nadine et commenté brièvement par Marie-Thérèse. Nous terminerons l’après-midi en partageant la galette et en buvant du Prosecco. C’est une lapalissade que de dire que tout augmente, malgré des discussions nous n’avons pu obtenir un prix inférieur à 40 €. De plus, la Dante prend en charge la galette et le Prosecco.

L’IMMENSITA

du 3 au 6 février 2024

D’Emanuele CRIALESE (2022) avec : Penelope CRUZ, Vincenzo AMATO, Luana GIULIANI
Rome dans les années 1970. Dans la vague des changements sociaux et culturels, Clara et Felice Borghetti ne s’aiment plus mais sont incapables de se quitter. Désemparée, Clara trouve refuge dans la relation complice qu’elle entretient avec ses trois enfants, en particulier avec l’aînée née dans un corps qui ne lui correspond pas.
Faisant fi des jugements, Clara va insuffler de la fantaisie et leur transmettre le goût de la liberté, au détriment de l’équilibre familial…

Continuer la lecture de L’IMMENSITA

Vœux 2024

Chers et chères ami(e)s,
J’ai choisi cette année pour accompagner mes traditionnels vœux un des tableaux les plus célèbres de Caravage, la Nativité avec saint François et saint Laurent (1609 ?), qui se trouvait sur le maître-autel de l’oratoire Saint Laurent de Palerme, décoré des stucs blancs de Giacomo Serpotta. Pourquoi « se trouvait » ? Parce que cette toile a été volée, sans doute par des mafiosi, en 1969 et n’a toujours pas été retrouvée. Une reproduction numérique l’a remplacée en 2015.
Le souhait que je voudrais vous adresser n’est pas présent sur le tableau, car le phylactère déployé par l’ange ne comporte que la première partie du message, alors que c’est la deuxième qui me semble adaptée à ce que nous vivons présentement :

Continuer la lecture de Vœux 2024

Nouveautés janvier 2024

Le Turquetto de Metin ARDITI (1/8/2011)

Se pourrait-il qu’un tableau célèbre – dont la signature présente une anomalie chromatique – soit l’unique oeuvre qui nous reste d’un des plus grands peintres de la Renaissance vénitienne : un élève prodige de Titien, que lui-même appelait « le Turquetto » (le petit Turc) ?
Metin Arditi s’est intéressé à ce personnage. Né de parents juifs en terre musulmane (à Constantinople, aux environs de 1519), ce fils d’un employé du marché aux esclaves s’exile très jeune à Venise pour y parfaire et pratiquer son art. Sous une identité d’emprunt, il fréquente les ateliers de Titien avant de faire carrière et de donner aux congrégations de Venise une œuvre admirable nourrie de tradition biblique, de calligraphie ottomane et d’art sacré byzantin. Il est au sommet de sa gloire lorsqu’une liaison le dévoile et l’amène à comparaître devant les tribunaux de Venise…

Commandant de Sandro VERONESI et Eduardo DE ANGELIS (27/9/2023)

Gibraltar, 3 octobre 1940. Salvatore Todaro, le Commandant du Cappellini, sous-marinier de la Marine italienne, doit décider de la profondeur de navigation. Franchir le détroit de Gibraltar expose au plus grand des dangers, les Anglais tirent en continu. Mais Todaro a l’habitude des missions périlleuses. Et celle-ci n’est pas des moindres : tendre une embuscade au milieu de l’Atlantique. Après des jours d’ennui et de diagonales inutiles, un navire est enfin repéré.
Un cargo commercial. Il navigue dans la zone identifiée, tous feux éteints. Son pavillon demeure invisible. Mais l’Enseigne de vaisseau distingue un canon sur son pont. Todaro n’hésite pas : il le torpille. Bientôt, des ennemis rejoignent le périmètre du sous-marin à la nage.  » Commandant, qu’est-ce qu’on fait ?  » . Cette question, Todaro se la pose depuis des jours. Il prend alors la décision, enfreignant tous les ordres reçus, de secourir ceux qui étaient jusqu’à présent des adversaires et qu’il considère désormais comme des naufragés.

Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants de Mathias ENARD (15/8/2010)

En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506, Michel-Ange sait qu’il brave la puissance et la colère de Jules II, pape guerrier et mauvais payeur, dont il a laissé en chantier l’édification du tombeau, à Rome. Mais comment ne pas répondre à l’invitation du sultan Bajazet qui lui propose- après avoir refusé les plans de Léonard de Vinci, – de concevoir un pont sur la Corne d’Or ?
Ainsi commence ce roman, tout en frôlements historiques, qui s’empare d’un fait exact pour déployer les mystères de ce voyage.
Troublant comme la rencontre de l’homme de la Renaissance avec les beautés du monde ottoman, précis et ciselé comme une pièce d’orfèvrerie, ce portrait de l’artiste au travail est aussi une fascinante réflexion sur l’acte de créer et sur le symbole d’un geste inachevé vers l’autre rive de la civilisation.

Le chant des innocents de Piergiorgio Pulixi (17/08/2023)

Lorsque la police arrive, la scène du crime est glaçante : 85 coups de couteau et une gamine de treize ans. Mais ce n’est pas la victime… c’est la meurtrière. Elle est restée là, le poignard encore levé, un sourire diabolique aux lèvres. Quand d’autres crimes violents sont commis par des jeunes collégiens, l’inspectrice Teresa Brusca demande au commissaire Strega, suspendu suite à un ”accident”, d’enquêter officieusement avec elle. Très vite, Strega a l’intuition que ces adolescents tueurs sont unis par un secret. Mais lui aussi a sa part d’ombre. Brillant policier, il est obsédé par un besoin inassouvi de justice qui le met parfois en rage. Face à ces crimes d’enfants, il est prêt à tout pour apaiser en lui le chant assourdissant des victimes.
Cette première enquête de Vito Strega est un page-turner efficace et implacable qui joue avec les nerfs du lecteur et interroge les notions de bien et de mal.

Nouveautés décembre 2023

La maison aux lumières de Donato CARRISI

Dans une vieille bâtisse isolée en Toscane, une fillette souffre de maux bien étranges… Lors de phases de transe, Eva semble habitée par le mal et obéit aux ordres d’un ami imaginaire inquiétant.
C’est en tout cas ce que rapporte sa jeune fille au pair à Pietro Gerber, illustre hypnotiseur pour enfants. Ce dernier, traumatisé par sa précédente affaire, hésite à prendre en charge cette patiente.
Mais au cours de leurs séances, elle dissémine des indices sur une histoire qui ronge Gerber depuis des décennies : la disparition brutale de son ami, survenue dans son enfance.
Comment peut-elle être au courant de détails que même Gerber a enfouis en lui ? En sondant les affres de la mémoire d’Eva, Pietro Gerber va être victime d’un jeu de piste dangereux, qui l’obligera à se confronter à ses pires démons.

Au grand jeu du destin, Mimo a tiré les mauvaises cartes. Né pauvre, il est confié en apprentissage à un sculpteur de pierre sans envergure. Mais il a du génie entre les mains.
Toutes les fées ou presque se sont penchées sur Viola Orsini. Héritière d’une famille prestigieuse, elle a passé son enfance à l’ombre d’un palais génois. Mais elle a trop d’ambition pour se résigner à la place qu’on lui assigne.
Ces deux-là n’auraient jamais dû se rencontrer. Au premier regard, ils se reconnaissent et se jurent de ne jamais se quitter. Viola et Mimo ne peuvent ni vivre ensemble, ni rester longtemps loin de l’autre. Liés par une attraction indéfectible, ils traversent des années de fureur quand l’Italie bascule dans le fascisme. Mimo prend sa revanche sur le sort, mais à quoi bon la gloire s’il doit perdre Viola ?
Un roman plein de fougue et d’éclats, habité par la grâce et la beauté.

Le portrait de mariage de Maggie O’FARRELL

Après Hamnet, Maggie O’Farrell nous entraîne dans la Renaissance italienne pour redonner vie à une femme libre, rebelle, incomprise. Portée par une écriture d’une beauté inouïe, une œuvre lumineuse et poignante.
C’est un grand jour à Ferrare. On y célèbre les noces du duc Alfonso et de Lucrèce de Médicis. La fête est extravagante et la foule n’a d’yeux que pour le couple.
La mariée a quinze ans. Rien ne l’avait préparée à ce rôle. Elle n’était que la troisième fille du grand duc de Toscane, la discrète, la sensible, celle dont ses parents ne savaient que faire. Mais le décès soudain de sœur aînée a changé son histoire.
La fête est finie, Lucrèce est seule dans un palais immense et froid. Seule face aux intrigues de la cour. Seule face à cet homme aussi charismatique que terrifiant qu’est son mari.
Et tandis que Lucrèce pose pour le portrait de mariage qui figera son image pour l’éternité, elle voit se dessiner ce que l’on attend d’elle : donner vie à un héritier. Son propre destin en dépend…

Stage de chants italiens de tradition orale

Dans la continuité du travail initié en mai avec Xavier Rebut à l’occasion des concerts croisés donnés avec son ensemble « Voci in Campo », les choristes d’AnDante étaient conviés à participer à un stage intensif les 18 et 19 novembre.
La pédagogie, l’énergie et la bienveillance de Xavier ont fait merveille. Le programme proposé a permis à chacun, quel que soit son niveau, de débutant à très confirmé, de trouver sa juste place et de progresser dans la connaissance et la pratique de ce répertoire.
Tous les participants, enchantés, ne souhaitent qu’une chose, renouveler l’expérience ! Les 6 chants travaillés ce week-end seront repris et finalisés au cours des prochaines répétitions pour être intégrés au programme du concert de fin d’année le 19 juin 2024 à la commanderie Saint-Jean.

Attentifs ou actifs
mais toujours enthousiastes !

Cinéma 2023-24

du 14 au 17 OCTOBRE :  IL BOEMO de Petr VACLAV (2022)
du 4 au 7 NOVEMBRE :  L’ENLÈVEMENT (Rapito) de Marco BELLOCCHIO (2023)
du 9 au 12 DÉCEMBRE :  LA CHIMERA d’Alice ROHRWACHER (2023)
du 6 au 9 JANVIER :   MOI, CAPITAINE (Io capitano) de Matteo GARRONE (2023)
du 3 au 6 FÉVRIER :  L’IMMENSITÀ d’Emanuele CRIALESE (2022)
dates à préciser : (séances scolairesLEO)  film d’animation de Jim CAPOBIANCO et Pierre-Luc GRANJON (2023)
du 30 MARS au 2 AVRIL : SECONDE JEUNESSE ( Astolfo) de Gianni DI GREGORIO (2021)

Les films en version originale sous-titrée sont projetés au Ciné-Dyke au Puy en Velay, les samedi et dimanche à 16h15, et les lundi et mardi à 14h et 21h.